Océanie : état des lieux des constitutions

Un tableau sur la reconnaissance du droit à l'eau et à l'assainissement dans les différentes constitutions océaniennes est maintenant disponible sur Rampedre.
Florence Higuet, IERPE, Belgium
Published: 5 years, 4 months ago (06/06/2013)
Updated: 4 years, 4 months ago (06/14/2014)
Après l'Afrique et l'Europe, c'est au tour de l'Océanie, le continent  composé de milliers d'îles de taille variable, connues pour leur nature luxuriante et leur richesse maritime !

Sur RAMPEDRE, un tableau reprend dorénavant l'ensemble des constitutions des pays que comprend l'Océanie et les analyse du point de vue de leur reconnaissance du droit à l'eau et à l'assainissement.

Les constitutions de ces États laissent pantois.
Excepté la future Constitution de la République des Fidji qui devrait être adoptée prochainement, aucune constitution ne reconnaît le droit humain à l'eau. Il en est de même pour la plupart des droits socio-économiques qui sont absents de ces textes. Ainsi, presqu'aucun de ces pays ne reconnaît le droit à la santé ou à un environnement sain.
Quant au vote de la Résolution 64/292 reconnaissant le droit humain à l'eau, tous les États océaniens favorables en étaient co-auteurs, près de la moitié des États océaniens étaient absents et l'Australie et la Nouvelle-Zélande, deux des plus grandes îles, se sont abstenues.

Il serait intéressant d'examiner de plus près la place de la constitution dans ces systèmes juridiques, qui semble être minime. Les lois nationales sur la politique de l'eau ainsi que la jurisprudence devraient de même être analysées pour comprendre au mieux la problématique de l'eau, et plus particulièrement de l'accès à l'eau, sur ces îles.

Le tableau sur les constitutions des pays de l'Océanie est disponible dans la partie concrétisation, approche territoriale, Océanie, récapitulatif des législations.

Prochainement apparaîtront un tableau sur l'Amérique et l'Asie.
Ces tableaux seront ensuite traduits en anglais et espagnol.