La concrétisation du droit à l'eau n'est pas un fleuve tranquille

Depuis plusieurs semaines, des milliers de sénégalais sont privés d'eau.
Riccardo Petrella, IERPE, Belgium
Published: 4 years, 8 months ago (10/23/2013)
Updated: 4 years, 1 month ago (05/20/2014)
Le droit à l'eau n'est pas reconnu formellement au Sénégal, ni dans la Constitution de 2001, ni dans les lois. Si le Code de l'eau de 1981 reconnaît le caractère de bien collectif de la ressource dans son article 2, il mériterait de nettes améliorations, notamment quant à la reconnaissance et la mise en œuvre concrète du droit humain à l'eau.

Depuis une vingtaine d'année, l'accès à l'eau était assuré pour une minorité de sénégalais vivant dans les zones les plus riches des grandes villes.

Aujourd'hui, Dakar est à nouveau privée d'eau. Alors que les services ont été repris en mains en 2009 par Finagestion à travers la Sénégalaise des Eaux - SDE, des milliers de personnes n'ont pas accès à l'eau de manière permanente ou par intermittence dès suite d'une défaillance technique dans la conduite principale de l'usine de traitement de Keur Moumar Sarr, à quelques kms de Dakar. Récemment, aux côtés des camions-citernes sillonnant la capitale, des bornes fontaines d'eau ont été installées pour assouvir dans la mesure du possible les besoins en eau des personnes touchées.

Cette panne n'est pas la première : on ne compte plus toutes celles qui ont eu lieu ces dernières années. Si des corrections importantes ne sont pas apportées au système d'un point de vue opérationnel et infrastructurel, l'évidence confirmera que l'accès à l'eau pour l'ensemble de la population sénégalaise risque de ne pas se réaliser avant des décennies.


Sources: