Etats-Unis, Etat du New Hampshire : pollution des nappes phréatiques par des compagnies pétrolières et menaces pour l'accès à une eau potable et saine

Au New Hampshire débutera dans quelques jours un procès à l'encontre de deux entreprises pétrolières accusées de pollution de la nappe phréatique dans une région où la majeure partie de la population utilise des puits pour la consommation domestique d'eau.
Florence Higuet, IERPE, Belgium
Published: 5 years, 6 months ago (01/11/2013)
Updated: 4 years, 1 month ago (06/12/2014)

En 2003, l'Etat du New Hampshire aux Etats-Unis avait intenté des poursuites contre 26 compagnies et filiales pétrolières pour pollution de la nappe phréatique par du méthyl tert-butyl éther – M.B.T.E. –, un additif de l'essence.

Il faut savoir que dans cet Etat, 60% de la population utilise des puits privés pour s'approvisionner en eau potable. Outre le problème environnemental causé par ce composant, l'accès à une eau potable et saine de ces personnes est donc grandement menacé.

Près d'une dizaine d'année plus tard, les premières procédures à l'encontre des sociétés Exxon Mobil et Citgo vont enfin commencer à la mi-janvier. C'est la première fois qu'une affaire sur le M.T.B.E. atteint le stade du procès. La plupart des poursuites introduites par le passé se sont conclues par des « settlements »Règlements d'affaires.. Ainsi, le mois passé encore, Shell Oil et Sunoco ont accepté de payer 25 millions $ à l'Etat.

L'Etat du New Hampshire demande 700 millions $ de dommages et intérêts aux deux sociétés pour contrôler tous les puits privés et les systèmes publics d'eau potable et pour couvrir tous les coûts de nettoyage qui s'avéreraient nécessaires.

Ce composant chimique était originalement utilisé pour réduire les gaz à effets de serre produits par la combustion d'essence. Par après, à la fin des années 90, il fut découvert qu'il contaminait l'eau lors de fuites d'essence. L'Agence Fédérale de la Protection Environnementale le considère comme 'potentiellement cancérigène pour l'homme'. Depuis 2007, son usage est banni dans le New Hampshire.

Un jury de 12 jurés vient d'être choisi le mois dernier et est appelé à comparaître le 14 janvier. Avec plus de 50.000 pièces, près de 100 avocats et 230 témoins impliqués dans l'affaire, le procès s'annonce comme le plus long et complexe de l'histoire de l'Etat.

Il s'agira de définir la responsabilité de ces entreprises par rapport à l'usage de ce produit défectueux et dangereux qui porte atteinte à l'accès à l'eau de nombreuses personnes.

Source :

« Oil Giants Heading to Trial in Water Pollution Lawsuit », The New York Times, December 30, 2012, p. A15, http://www.nytimes.com/2012/12/30/us/2-oil-giants-face-trial-in-new-hampshire-water-pollution-suit.html?partner=rssnyt&emc=rss&_r=0, consulté le 9-01-2013.