Le rapport 2014 du Programme conjoint de l’OMS et de l’UNICEF sur les progrès réalisés concernant la cible sur l’accès à l’eau et à l’assainissement des OMD

Ce qu'il faut retenir du rapport du Programme conjoint de l'OMS et de l'UNICEF sur les progrès réalisés en matière d'accès à l'eau et à l'assainissement.
Marion Veber, IERPE, Belgium
Published: 4 years, 3 months ago (07/14/2014)
Updated: 4 years, 3 months ago (07/14/2014)

Le Programme conjoint de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) est chargé de surveiller les progrès accomplis en vue de l’atteinte de la cible 7C des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui consiste à « réduire, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d’assainissement de base ». Le rapport publié en 2014 porte sur l’année 2012.

Les chiffres clés du rapport

Depuis 1990, presque 2 milliards de personnes dans le monde ont obtenu un accès à des installations d’assainissement améliorées et 2,3 milliards de personnes ont eu accès à des sources d’eau améliorées.

Ainsi fin 2012, 89% de la population mondiale avaient accès à des sources d’eau améliorées (4 milliards de personnes ayant même un l’eau courante dans leur domicile) et 64% avaient des installations d’assainissement améliorées.

Toutefois, 748 millions de personnes n’ont toujours pas accès à des services en eau satisfaisants, 2.5 milliards d’individus n’ont, eux, toujours pas accès à des installations d’assainissement améliorées (les 2/3 habitant l’Afrique subsaharienne et l’Asie) et 1 milliard de personnes pratiquent toujours la défécation à l’air libre (la très large majorité résidant en zone rurale).

116 pays ont atteint l’objectif de la cible 7C des OMD pour l’eau potable et 77 pour l’assainissement.

D’après ces quelques chiffres, la cible concernant l’eau aurait été atteinte dès 2010. En revanche, des efforts conséquents sont encore à fournir pour l’assainissement pour lequel on sait déjà que la cible ne sera pas atteinte d’ici 2015.

L’indicateur pris en compte pour mesurer l’atteinte de la cible 7C concerne le caractère amélioré ou non amélioré Une source d’eau améliorée est une source qui, de par la nature de sa construction, protège de manière satisfaisante l’eau de toute contamination extérieure, en particulier par des matières fécales. Une installation sanitaire améliorée permet d’éviter que l’utilisateur et son milieu immédiat entrent en contact avec les excrétas humains. (D’après l’article « Joint Monitoring Program. Publication du rapport 2014 sur les progrès en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement » de la Coalition Eau du 27/05/2014). des infrastructures d’eau et d’assainissement. Il ne considère donc pas la qualité de l’eau, ni la durabilité du système, ni l’accessibilité économique des services, ni leur transparence, ou encore il ne cherche pas à savoir si les points d’eau améliorés sont réellement utilisés par les populations. C’est dire qu’il s’agit d’un indicateur fort limité de mesure de la réalité. Des estimations établies par Gérard Payen, président d’AquaFed, la fédération internationale des opérateurs privés de services d’eau, font état de plus de 3.4 milliards de personnes vivant sans un accès direct, régulier et permanent à une eau potable Gérard Payen, Les besoins en eau potable dans le monde sont sous-estimés : des milliards de personnes sont concernées, AquaFed, 9/11/2011.
Gérard Payen affirme ainsi : « il y a plus de la moitié de l’humanité pour laquelle le droit à l’eau potable n’est pas garanti par les autorités publiques, car c’est l’estimation du nombre de personnes utilisant de l’eau de qualité douteuse ou reconnue comme non-potable ».
.

Un focus sur l’inégalité

Le Programme conjoint consacre une partie entière du rapport à la question des inégalités afin de souligner les disparités importantes qui existent dans la réalisation des progrès :Even though progress towards theMDG target represents important gains in access for billions of people around the world, it has been uneven. Sharp geographic, sociocultural and economic inequalities in access persist and sometimes have increased.Joint Monitoring Program, Progress on drinking water and sanitation, 2014 update, 2014, p.7 . Les avancées réalisées peuvent ainsi avoir creusé davantage les inégalités, en particulier entre les différentes couches sociales d’un pays :Without specific attention to marginalized or vulnerable groups, it is possible to see national averages improve while within-country inequality increases. Joint Monitoring Program, Progress on drinking water and sanitation, 2014 update, 2014, p.38 . C’est pourquoi le rapport invite à concentrer les efforts sur les populations les plus défavorisées et marginalisées :Interventions that do not have an equity focus may exacerbate inequality by failing to reach the most disadvantaged subgroups. Closing these gaps requires explicit consideration of those who are being left behind.Joint Monitoring Program, Progress on drinking water and sanitation, 2014 update, 2014, p.38

La nécessaire prise en compte des critères fondamentaux du droit à l’eau et à l’assainissement dans les objectifs post 2015

L’après 2015 est évoqué dans une troisième partie du rapport, celle-ci insistant justement sur la nécessité de mieux mesurer les inégalités à l’avenir en particulier pour les groupes désavantagés que sont les personnes vivant dans les bidonvilles, les peuples indigènes, les personnes âgées, les personnes handicapées, les enfants et les femmes.

Cela tend à mettre en avant les limites de l’objectif actuel des OMD en matière d’eau et d’assainissement. D’une part, la cible 7C ne vise à réduire que la moitié des personnes n’ayant pas un accès amélioré à l’eau et à l’assainissement et d’autre part, elle ne donne pas priorité aux populations les plus défavorisées.

La cible 7C est donc beaucoup moins exigeante que les objectifs derrière la notion de droit à l’eau et à l’assainissement. Ce droit humain fondamental, reconnu par plusieurs instances des Nations Unies au cours de la décennie 2000 et consacré par l’Assemblée générale et le Conseil des droits de l’homme en 2010, ne se limite pas au simple accès à l’eau et à l’assainissement mais englobe aussi la notion de non discrimination et d’égalité. Des questions comme l’accessibilité économique, la participation citoyenne ou encore l’acceptabilité sont aussi en jeu. Surtout, il s’agit d’un droit qui doit être garanti pour tous : il vise donc l’universalité, à la différence des OMD. Enfin, il suppose des obligations concrètes pour les Etats alors que les OMD n’ont pas de caractère contraignant.

En 2015, de nouveaux objectifs viendront remplacer les OMD : les Objectifs de développement durable (ODD).

Sources
  • Joint Monitoring Program, Progress on drinking water and sanitation, 2014 update, 75p.
  • Gérard Payen, Les besoins en eau potable dans le monde sont sous-estimés : des milliards de personnes sont concernées, AquaFed, 9/11/2011