L'eau dans les lieux publics : 2. Les "Maisons de l'eau" en Italie

Les “Maisons de l'eau”, l'expérience italienne. Une initiative citoyenne en faveur de l'eau publique (au double sens de “l'eau du robinet gérée par l'entreprise publique” et “l'eau dans les lieux publics”).

Rosario Lembo, President of the Comitato Italiano per il Contratto Mondiale dell'Acqua (CICMA), Italy and Riccardo Petrella, IERPE, Belgium
Published: 5 years, 10 months ago (02/14/2013)
Updated: 4 years, 6 months ago (06/13/2014)

Le 9 février 2013, une nouvelle « Maison de l'eau » a été ouverte à Predappio, une commune de la région de l'Emilie-Romagne. Elle vient ainsi grossir les 400 et plus « Maison de l'eau » installées ces dernières années, notamment dans l'Italie du Nord.

L'idée de construire des fontaines ou des points d'eau potable dans les villes et dans les lieux publics est l'une des propositions contenues dans le « Manifeste de l'eau » lancé en 2005 par le Comité italien pour le Contrat mondial de l'eau. Elle a été reprise par les Autorités locales et des sociétés de gestion des services d'eau pour lutter contre le processus de marchandisation de l'eau et l'utilisation toujours plus accrue, pour boire, d'eau minérale en bouteille, en plastique, sous l'influence d'un propagande commerciale agressive.

Les « Maisons de l'eau » sont donc nées en Italie afin de redonner une visibilité publique à l'eau potable et de promouvoir sa réinsertion dans les espaces publics, comme un bien commun à valoriser et à défendre en tant que tel. Normalement, l'ouverture des Maisons de l'eau fait partie d'un projet de l'Autorité locale, la Municipalité, qui prend l'initiative et vise à sensibiliser les citoyens à une bonne gestion écologique et sociale de l'eau centrée, entre autres, sur la promotion de l'implication dans la gestion de l'eau ainsi distribuée des habitants des quartiers d'installation des « Maisons de l'eau ».

Depuis 2007, des « Maisons de l'eau » ont été couvertes dans les municipalités de la province de Milan, grâce à l'appui financier des Entreprises publiques de gestion (Cap Holding IANOMI, TAM et TASM) et dans la ville même de Milan où cinq maisons sont opératives. En Lombardie, il y a aujourd'hui plus de 240 Maisons de l'eau en fonctionnement, impliquant presque toutes les municipalités. (www.casadellacqua.com).

En général, les « Maisons » sont installées dans des espaces verts, tels que des parcs, des jardins ou d'autres lieux publics. Après la Lombardie, des Maisons existent maintenant dans d'autres régions (Emilie-Romagne, Vénétie, etc). Au total, au niveau national, on compte plus de 400 « Maisons de l'eau ».

Le concept de « Maison de l'eau » sera aussi appliqué, avec les adaptations nécessaires, à l'occasion de l'EXPO 2015 de Milan grâce à un accord signé entre les entreprises publiques des eaux de la province de Milan et les organisateurs de l'EXPO qui installeront des points d'eau potable sur le site de l'EXPO.

Dans la mesure où les « Maisons de l'eau » ne se transforment pas en des instruments de « publicité publique » en faveur de la marchandisation et la monétarisation de l'eau « publique », elles constituent une bonne pratique inspirée par le principe que l'eau, source de vie, est un bien commun public et donc un droit humain qui doit être mis à la disposition de tous, dans tous les lieux publics, à la charge des fonds publics.